samedi 15 septembre 2007

Retour



"Nous vivons dans un monde désagréable, où non seulement les gens, mais les pouvoirs établis ont intérêt à nous communiquer des affects tristes. La tristesse, les affects tristes sont tous ceux qui diminuent notre puissance d'agir. Les pouvoirs établis ont besoin de nos tristesses pour faire de nous des esclaves. Le tyran, le prêtre, les preneurs d'âmes, ont besoin de nous persuader que la vie est dure et lourde."
Gilles Deleuze

3 commentaires:

Mazures a dit…

Pierre Drachline dans
"L'île aux sarcasmes" (Flammarion):
-"Plus la planète se réchauffe, plus les hommes sont gelés."

pommereinette a dit…

pour continuer la phrase de Drachline : "et donc ce n'est pas la peine de se bouger" ...
et ainsi on rejoint la note de Gilles Deleuze ! ..

essayons donc de trouver des mots qui rient :)

rotko a dit…

tu disais avec Deleuze
"Nous vivons dans un monde désagréable, où non seulement les gens, mais les pouvoirs établis ont intérêt à nous communiquer des affects tristes."

je serais tenté de penser le contraire ! on nous berce les oreilles avec "tout va très bien Madame la Marquise". La chansonnette est serinée sur l'écran comme à la radio. Une vraie moquette sonore, comme dans les grandes surfaces, et avec cette pollution sonore organisée, comment percevoir les vrais bruits.