mardi 15 juillet 2008

Météo marine



"Calme, très légère brise, petite brise. Jolie brise : petites vagues, nombreux moutons, disent-ils. On dirait un nom de princesse indienne donné à celle qui a voulu se donner les pouvoirs du vent dont celui de voyager, d’être la voile de l’aventure vers le vide avec un grand V comme deux ailes. Bonne brise : il est temps de se mettre à l’eau. Vent frais : ne sentez-vous pas le cou qui refroidit? Grand-frais : relevez le caban, vérifiez le mouchoir, assurez la laine du gilet. Coup de vent, fort coup de vent, tempête ; il est l’heure d’ouvrir le livre de Conrad qui vécut à L’Île- Grande, dont les rocs sont parmi ceux qui racontent le mieux les tempêtes de Manche et d’Atlantique : accrochez-vous aux draps, relevez la couverture, arrimez les volets. Il est temps de craindre pour les hommes qui ne sont pas des héros.

Yvon Le Men, La clef de la chapelle est au café d’en face, éd. Flammarion, 1998

1 commentaire:

JEA a dit…

Un roman d'où les lecteurs ne reviennent pas vraiment :
- "Les Déferlantes"
de Claudie Gallay
aux Ed. du Rouergue.
"La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons".