jeudi 14 juin 2007

Bouton de rose


Je lis (entre autre, car je lis toujours plusieurs livres à la fois) Rosebud (éclats de biographies) de Pierre Assouline. Je n'avais encore jamais lu de livre de ce critique. Non ! Même pas ses biographies.
Je me souviens ainsi d'une conversation avec Y. et A. au mois de janvier de cette année au sujet d'un bar à Montparnasse, rue Delambre, le Rosebud. Nous parlions de jazz dans un restaurant Art-déco, vous souvenez-vous ?

Et dès le début du livre cette phrase : " Samuel Beckett passe la fin de sa vie dans une petite pièce d'une maison de retraite du XIVe arrondissement de Paris, qu'il quitte pour faire les courses et nettoyer la cuisine d'un couple d'amis musiciens, grabataires tombés dans la misère." Quel intérêt ? Pour moi, un petit détail qui me fait sursauter après avoir vu l'exposition Beckett.

5 commentaires:

rotko a dit…

J’ai peu de sympathie pour Pierre Assouline.
Dans l’affaire Handke, il s’en est pris au directeur de la comédie française pour la déprogrammation d‘une pièce de Handke, sans s’interroger sur l’hommage rendu par ce dernier à un auteur de crimes contre l’humanité. Étrange conception du coupable !
Quand Pram Amanta Toer est mort, pas un mot sur cet auteur indonésien, mais une notice consacrée à Jean Francois Revel, intellectuel partisan de Pinochet. Et Assouline d’expliquer la mort de Revel par ce trait élégant : « Ricard était son vrai nom ».
Assouline s’est déclaré favorable à l’attribution du nom de Céline à une place publique parisienne, il s’en prend à Jean Rouaud pour la littérature-monde.
Assouline-Dieu-le-père distribue les bons et mauvais points.

pommereinette a dit…

c'est quoi, ce détail ??

Amaryllis a dit…

En fait dans ce livre, pommereinette, Assouline ne donne que les détails (cela peut-être un objet, un geste) qui dévoile une personne. Il écrit par ex sur la canne-siège de Henri Cartier-Bresson. Ce dernier à la fin de sa vie arrête de courir , pour se poser (sa canne-siège) et dessiner au lieu de photographier.

pommereinette a dit…

oui .. d'accord
mais pourquoi te fait-il "sursauter", ce détail ?
est-ce que cela te parait en contradiction avec ce que tu as vu à l'exposition Beckett ?

Amaryllis a dit…

Non, justement. Je trouve que cela correspond à ce qu'il écrit. Ce qui me fait sursauter est qu'un minuscule détail puisse dévoiler ainsi une personnalité. Tu comprends ? Je trouve cela un peu troublant.