vendredi 8 août 2008

Bartabas

  volonté d'en découdre
 ailleurs par les champs désertés
en devenant le très patient chevalier
 toujours armé d'impatience
  qui mène ses chimères

  et qui s'est baptisé
 d'un déboulé barbare
où ça se barre et tabasse
  façon Tarass Boulba
 pour dire surtout"basta" [...]


 Le voyou qui vient
a des rélexes de voyant
des manières de prince à la roulotte
 d'hidalgo ombrageux
 de rude chef de clan

il croit contre l'usage et l'usure
 à l'histoire inversée
 à l'insomnie des légendes
 aux mythologies actives
 aux rites efficaces
au trouble fertile des choses
voire au bon usage de la bestialité

 il veut de l'effort pour l'effort
 de la noblesse chez les gueux
qui se mettent l'impossible en tête
  avant de commencer
  par se sortir les tripes

André Velter, Zingaro, suite équestre, suivi de Un piaffer dans l'inconnu, Ed Gallimard, dessins d'Ernest Pignon-Ernest, 2005, extrait p.15, p.19



Une élégance extrême
improvise ses coutumes

C'est un réel jeté
au delà de ses bases

c'est un fantasme pur
qui prend ses éventails

Des éclats de Corée
en parures japonaises

où s'échange un destin
loin de l'histoire ancienne (p.126)



Triptyk

Quel frisson peut rallumer le feu ? La fièvre ? Quelle ferveur peut troubler le désert ? La poussière ? Quel sursaut de sève peut passer sous le ventre d'étranges messagers qui peinent comme des forçats ? Maculés d'huile et de boue ceux-là vont-ils donner semence à ce jour encore sombre ? À cette reptation en mal de renouveau ? À cet éveil du printemps ? (p.151)

Le site d'André Velter
Bartabas, d'autres extraits
Site d'Ernest Pignon-Ernest

1 commentaire:

Olivier a dit…

j'aime beaucoup ton choix de poèmes. Varié, ouvert sur le monde, généreux. Je découvre ton blog et j'aime bien.