mercredi 3 octobre 2007

Délecture



"Plus que de lecture, c'est de délecture qu'il faudrait alors parler à la suite de Montaigne, pour qualifier ce mouvement incessant d'oubli des livres dans lequel nous sommes entraînés : un mouvement fait à la fois de disparition et de brouillage des références, qui transforme les livres, souvent réduits à leurs titres ou à quelques pages approximatives, en ombres vagues glissant à la surface de notre conscience.
Que les livres ne soient pas seulement liés à la connaissance, mais aussi à la perte de mémoire, voire d'identité, est un élément qui doit demeurer présent à toute réflexion sur la lecture, faute de quoi elle ne prendrait en compte que le côté positif et accumulatif de la fréquentation des textes. Lire, ce n'est pas seulement s'informer, c'est aussi - et peut-être surtout - oublier, et c'est donc se heurter à ce qui en nous est oubli de nous." (p.61-62)

"Ainsi convient-il, pour chaque livre surgi au hasard des rencontres, de se garder de le réduire par des affirmations trop précises, mais bien plutôt de l'accueillir dans toute sa polyphonie, pour ne rien perdre de ses virtualités." (p.142)

Pierre Bayard, Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?, éd de Minuit, coll. Paradoxe

3 commentaires:

bénée a dit…

l'oubli de soi à travers les livres, comment peut-on s'oublier ?Une piste peut-être :
l'identité selon Lévinas consiste à s'identifier aux actions que l'on effectue, se perdre ne rien faire, qu'est-ce que ne rien faire car dans l'immobilité et surtout en elle je pense...

pommereinette a dit…

moi, j'aime bien ces livres oubliés ! il y en a des tas que je pense avoir oubliés mais il m'en reste une impression, une impression de bonheur ou d'ennui, un peu intouchable ... il suffirait que je m'y replonge pour qu'au fur et à mesure, l'histoire me revienne ... un sentiment de "déjà vu" ... alors, parfois, je préfère
ne pas y revenir, de crainte d'être déçue car les goûts et les perceptions changent avec l'âge et je les garde .. comme un souvenir de jeunesse, complètement transformé par le temps ........

Corinne a dit…

J'aime beaucoup...

Oublier, s'oublier dans une délecture et poutant en sortir complétement imprégné.

Comme la vie quoi...
Qui nous marque à notre insu même si l'instant s'évapore en oubli et nous façonne pourtant...

"Lire c'est se heurter à ce qui a d'oubli en nous..."

Cette phrase est particulièrement belle...

Merci pour ce magnifique passage que tu me fais découvrir...
Je vais m'empresser de lire ce livre...