mercredi 7 décembre 2011

Parfums

© Catherine Willis




"Et si, faute d’embarquements immédiats, l’échappée belle pouvait parfois s’esquisser au sein même de nos maisons calfeutrées l’hiver, ouvertes au vent nocturne l’été ? Et si le tapis volant de ces voyages immobiles était tissé de vanille, ourlé de fèves tonka, doublé d’orcanette friable ? Et si les courants d’air parfumé, nés d’un écran de vétiver, nous emportaient vers un ailleurs, dans un temps non plus linéaire mais cyclique ? Joncher, pour le plaisir de la plante des pieds, un sol d’herbes odoriférantes, frotter la paume des mains d’onguents anisés, brûler sur des pelles de bronze rougies au feu les racines rugueuses de l’angélique, goûter aux saveurs âcres et pourtant lumineuses du safran, reviendrait alors à passer des douanes inconnues. “La même vie, avec les mêmes”*, par la grâce d’expériences odorantes, prend alors des allures bigarrées, abrite parfois un joueur de ney ou une tribu entière de Pygmées Aka de retour de la chasse, a souvent goût de lointains bleutés. La quête de l’origine des parfums nous relie au monde des bazars et des zénanas, à celui des forêts et des temples. Des rituels olfactifs, dépassant le seul désir de séduction, scandent alors autrement la vie quotidienne. Il faut, de toute façon, commencer par un pas de côté."

*Je dois cette expression à Nicolas Bouvier

CATHERINE WILLIS. (2000)

7 commentaires:

JEA a dit…

Vétiver - d'Apt...

versus a dit…

Pare fleur...Cale feutrée, par ici la bonne soupe du gras langage!

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

J'aurai aimé partager cette planète-parfums, mais voilà, je suis né( c'est le moment de le dire) sans odorat. Je ne peux que te croire sur parole...écrite.
Belle soirée,

Roger

Amaryllis a dit…

Tu compenses avec un côté visuel qui nous enchante tous :-)

catherine willis a dit…

Grazie Amaryllis. Je decouvre joyeusement votre blog.

chemin faisant a dit…

Grazie. I like your blog

Amaryllis a dit…

Merci Catherine. Ce blog est en pause provisoirement.