jeudi 3 juillet 2008

Je me comprends...

Quand je dis
les pommes blanches du plaisir
la table ronde du sommeil
et le regard brisé des fontaines

quand je parle
de la neige aux chiens bleus
ou de la nuit qui souffre
du vagabond qui va
une bougie d'ombres
dans la main

quand je nomme
verger la patience
raisin le goût des lèvres
et jardin ton visage

je me comprends"

Jean-Pierre Siméon
, Un homme sans manteau, Mailles d'encre de Martine Mellinette, Cheyne éditeur, coll. poèmes pour grandir, 2000

1 commentaire:

Xavier a dit…

Oui je te comprend, je ne sais qui tu es, plume sans nichoir, nuée de serments, horloge fontaine, sac d'espoir sur le dos du sommeil mais je te vois marcher à travers cette vitre ou ton reflet dance avec ma joie de te lire....poète...