dimanche 6 avril 2008

Je ne peux pas ...

TESTAMENT


"[...] À l’enfant que je n’ai pas eu
je lègue enfin, pour qu’il en tienne
bien compte, pour qu’il s’en souvienne
par contumace, lorsque sera décousu
l’ourlet de mon passage sur l’étoffe ancienne :
les quinze choses que jamais je n’ai pu faire :
courber le front devant plus grand que moi,
marcher sur plus petit, montrer du doigt,
crier avec la foule, ou bien me taire,
reconnaître parmi les Blancs le Noir,
choisir dix justes, nommer un coupable,
trouver telle attitude convenable,
lire un autre que moi dans les miroirs,
conjuguer l’amour à plusieurs personnes,
résister à la tentation, blesser exprès,
rester dans l’indécis, dire Cambronne
au lieu de merde, qui est plus français."

Liliane Wouters, in "Anthologie de la poésie française du XXe siècle", ed Poésie/ Gallimard, extrait de tous les chemins conduisent à la mer, p. 390

3 commentaires:

grain de sel a dit…

le texte sur la lâcheté a disparu. Il n'était pas clair.

je rebondis donc sur "jamais je n’ai pu courber le front devant plus grand que moi".

- j'admire actuellement la pusillanimité officielle d'un Sarko qui fait défiler la flamme de la paix encadrée par toute la police en uniforme, à moto et en rollers, puis en bus.

- j'admire Rama yade qui donne un coup d gueule à propos de la Chine et avale dès le lendemain son chapeau

- j'admire Nathalie Kosciusko-Morizet qui pousse un coup de gueule sur la lâcheté puis fait ses excuses publiques en admettant d'être mise officiellement en pénitence.

La Lâcheté a de beaux jours, ces temps-ci !!

Amaryllis a dit…

Oui grain de sel, j'ai enlevé en effet le texte car je me suis rendue compte qu'il pouvait prêter à confusion. Apparemment c'était le cas !
Un autre mot convient également en ce moment : soumission.

Amaryllis a dit…

Un gouvernement d'ouverture où il faut se la fermer sous peine de sanctions. Étonnant !